Le process LàG de vernis et de traitement de surfaceà…

Ce forum réunit tous les sujets incontournables pour ce qui concerne les guitares Lâg. Il est à la fois la meilleure porte d'entrée pour tout nouvel arrivant, et un point de rencontre des habitués...
Avatar de l’utilisateur
Michel Lâg
Messages : 401
Enregistré le : mer. 13 juil. 2011 09:42

Le process LÂG de vernis et de traitement de surface…

Messagepar Michel Lâg » lun. 28 nov. 2011 08:58

Nombreux d’entre vous me posent souvent des questions sur les vernis utilisés sur les guitares LÂG, voici donc un concentré d’informations sur ce sujet.
Je séparerai les électriques des acoustiques sur certains points car leur process diffère sensiblement. Vous pouvez vous référer à plusieurs reportages sur nos ateliers qui sont présents sur La Boite Noire du Musicien afin de « visualiser » mes explications si besoin.

Le vernissage et le traitement des surfaces d’une LÂG comporte de nombreuses phases distinctes, majeures, indissociables, qui s’enchaînent chimiquement, mécaniquement et méthodiquement :

1. Le « bouche pore ». Ce produit est une pâte garnissante, appliquée à la main, au chiffon ou à la brosse, qui a pour objectif de boucher les centaines de pores du bois en surface, et ceci pour 2 rasions, la première étant de permettre un meilleur remplissage et l’économie de plusieurs couches de fond dur (voir + loin) mais aussi, grâce à une teinte incorporée dans cette pâte, de colorer ainsi le pore du bois de façon marquée, favorisant ainsi le contraste et le visuel du « grain » de certains bois très poreux, comme l’Acajou par exemple.
2. Après le « bouche pore », qui va être essuyé et séché, nous appliquons au pistolet en cabine de vernissage, un « isolant », vernis polyuréthane très fluide qui va bien pénétrer dans le bois mais constituer également en surface une très fine pellicule permettant « l’accroche » et « l’adhérence » du fond dur sur les bois tanniques et gras tel l’Acajou, le Palissandre, l’Ébène et bien d’autres.
3. Ensuite démarre la projection du fond dur lui-même, toujours en cabine de vernissage climatisée et parfaitement ventilée, il s’agit d’un produit plus épais d’origine polyacrylique sur les électriques mais obligatoirement polyuréthane sur les acoustiques (pour respecter une épaisseur globale plus fine due à la résonance plus délicate) ceci en plusieurs couches, fines et régulières, qui vont être égrainées (poncées en surface) afin d’obtenir une surface de référence, lisse, plane et parfaite, afin de recevoir les opérations suivantes. Ces couches de fond dur vont être rapidement étuvées à 40° puis séchées naturellement afin de stabiliser parfaitement cette importante pour le résultat final. Cette opération intermédiaire de ponçage est capitale car elle détermine la planéité et la régularité de surface finale.
4. Là, démarre l’opération majeure de mise en couleur soit par des laques opaques, comme le noir, le blanc etc… soit par des teintes naturelles ou complexes toujours translucides incorporées dans du vernis telles nos fameux Old Port, Amber, Brown, Black Shadow, Deep Purple, Bleu de Nîmes etc… Ces opérations se font au pistolet, manuellement bien sûr, toujours dans la cabine tempérée et hors poussières, par notre Maître Vernisseur. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un corps de guitare avec une table en Flamed ou Quilt Maple, une 1ère « mise en teinte » du bois est réalisée tout au début du process, au chiffon, avant le bouche pore et l’isolant, et est patinée à la main afin de mieux faire ressortir les veines naturelles de ces bois d’exception.
5. Enfin nous appliquons le vernis de finition, polyuréthane brillant ou satiné, en plusieurs couches très fines afin de préserver un état de surface le plus propre et régulier possible avant ponçage et polissage. Le process des vernis satinés s’arrête ici puisque, une fois appliqués, il ne peuvent ni être repris par ponçage ni par polissage, ici la perfection du geste du vernisseur, la propreté et la tension parfaite de la dernière touche est indispensable pour un résultat optimal.
6. Pour les vernis brillants, après 2 semaines de séchage naturel afin que le vernis soit bien sec « à cœur », les très délicates opérations de ponçage et de polissage commencent… Le ponçage est effectué à la main, avec des cales à poncer adaptées aux différentes courbes et formes complexes de la guitare, avec du papier abrasif aux grains très fins et progressifs (du « 320 jusqu’au 1500 ou 2000… !) et avec l’aide de petites ponceuses orbitales et vibrantes pour les quelques surfaces planes de la guitare. Cette opération à pour but d’éliminer « la peau d’orange » résultat naturel de l’application au pistolet qui doit disparaître pour avoir une surface parfaitement lisse. Ensuite viennent le polissage et le lustrage. Le polissage consiste à redonner un brillant définitif et flamboyant au vernis rendu mat par le ponçage. Cette étape, extrêmement délicate et périlleuse, consiste donc à faire briller le vernis à l’aide de roues de flanelles montées sur des tourets à polir, et dont la vitesse parfaitement calculée, la chaleur due au frottement et à diverses pâtes à polir adaptées et dégressive en abrasion, vont permettre au polisseur expérimenté d’achever son œuvre. Enfin presque, puisque qu’une dernière opération de « lustrage » va être nécessaire afin de dégraisser l’action de la pâte à polir et de donner enfin l’éclat final au vernis brillant. C’est là et seulement là que le bois ou les couleurs vont pouvoir exprimer toute leur beauté, tous leurs contrastes, toutes leurs nuances, enfin dévoilées entièrement sous les reflets parfaits des éclairages ou de la lumière naturelle. Il est évident que de nombreux contrôles sont effectués lors de toute la durée du process, et à chaque étape importante de transition, afin d’obtenir un résultat sans faille.

Ce long processus est fragile à chaque moment, les changements de température et d’hygrométrie ne lui sont pas favorables, un geste maladroit peut amener une catastrophe ou un défaut, il faut donc être vigilant à chaque geste et à tout instant… La finesse des couches est également capitale pour la beauté du résultat mais surtout pour le respect des paramètres acoustiques et vibratoires des instruments, surtout les guitares acoustiques en raison de la faible épaisseur des matériaux. En effet, il suffit de quelques dixièmes de millimètres de vernis en trop pour « tuer » une table d’harmonie, pour « étouffer » la beauté d’un érable ou pour rendre « laiteux » un beau vernis brillant. Pour cela il faut du temps de séchage et de stabilisation, de la rigueur, dans la finesse et la régularité dans les couches, et une extrême et permanente attention.
Quand vous regarderez votre guitare, pensez à tout ceci, réalisez pleinement les nombreuses heures que nécessite le résultat que vous admirez, le respect qui est dû à cette somme de travail délicat et précis, la passion, l’expérience et la pertinence des personnes qui ont réalisé cet ouvrage d’Art qu’est une guitare... !
L’entretien de votre guitare devra en découler naturellement : n’utilisez aucun produit chimique de nettoyage ménager ou industriel sur les vernis mat et satinés, vous les feriez « briller » instantanément. Un chiffon légèrement humidifié suffira si vous nettoyer le manche ou le corps satinés de votre guitare après chaque utilisation –ce qui est recommandé- ou du moins très régulièrement… Pensez que l’acidité de la sueur est aussi préjudiciable au vernis qu’aux pièces mécaniques de votre guitare (chevalet, cordier, frettes etc…) qui doivent faire l’objet d’un nettoyage soigneux pour éviter la corrosion.
Concernant les vernis brillants, le nettoyage et le brillantage sont beaucoup plus faciles, de nombreux produits de type « polish » existent dans le commerce et font très bien l’affaire. Ils sont à appliquer malgré tout avec attention et délicatesse, et toujours avec des chiffons doux ou des cotons adaptés pour ne pas rayer le vernis. Pour les touches non vernies, en Palissandre ou en Ébène, il est important également de les nettoyer régulièrement (lors du changement des cordes) avec des huiles siccatives adaptées, en vente dans les magasins de musique, cette action nettoie mais nourrit également le bois, ce qui est indispensable pour garder une touche soyeuse, rapide et confortable sous les doigts.

Sur les guitares acoustiques, la finesse du vernis, indispensable si l’on veut une guitare qui respire et qui va évoluer positivement avec le temps, va laisser apparaître en surface au bout de quelques semaines la marque en creux des pores du bois (Acajou, Palissandre…) ou les veines en ligne de l’Épicéa ou du Red Cedar. Ceci est normal et même souhaitable, ça veut tout simplement dire que votre guitare vit sa vie, que l’ensemble des éléments rentre en symbiose, que de longues et fines stabilisations s’opèrent et que votre guitare va évoluer avec vous pour ne nombreuses années…
Respectez la, prenez en soin, elle vous le rendra mille fois… !
A suivre…
Michel Lâg
:D

Avatar de l’utilisateur
Atrex
Messages : 417
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2010 02:20

Messagepar Atrex » lun. 28 nov. 2011 11:52

Celà complète bien le contenue de la vidéo "reportage" sur l'atelier Bedarieux. On sent toujours la passion de Michel, même à l'écrit c'est marrant :D

"Quand vous regarderez votre guitare, pensez à tout ceci, réalisez pleinement les nombreuses heures que nécessite le résultat que vous admirez, le respect qui est dû à cette somme de travail délicat et précis, la passion, l’expérience et la pertinence des personnes qui ont réalisé cet ouvrage d’Art qu’est une guitare... !"


J'aurai pas dit mieux !

Merci Michel !
Lag Phil Campbell Signature <3

Avatar de l’utilisateur
Norton10100
Modérateur
Modérateur
Messages : 2644
Enregistré le : mar. 29 mai 2007 13:43
Localisation : Sainte Savine
Contact :

Messagepar Norton10100 » lun. 28 nov. 2011 13:08

Merci Michel..... très très bon résumé facile à comprendre pour un néophyte ^^


Vi c'est sur que la passion de l'auteur se reflète dans le texte.... ;-)

Avatar de l’utilisateur
F90
Modérateur
Modérateur
Messages : 4566
Enregistré le : lun. 10 déc. 2007 15:37
Localisation : Dans le Layon

Messagepar F90 » lun. 28 nov. 2011 15:38

Magnifique ! Evidemment, on ne regardera plus nos guitares de la même façon :)
Merci Michel ;)
ESTIVIA 200 DCE
THE BEAST Custom 1997
ROXANNE Vintage 2000
SPITFIRE CL1
THE BEAST Thinline 1997

Avatar de l’utilisateur
louis
Messages : 987
Enregistré le : jeu. 30 sept. 2010 21:30
Localisation : val d'oise

Messagepar louis » lun. 28 nov. 2011 15:51

Une fois de plus super intéressant et super bien expliqué!

Merci michel
[color="DarkOrange"][SIZE="1"]IP2000 BSH
Primavera 100d
Lag Telecaster collector
[/SIZE][/color]

Kristophéus
Messages : 1684
Enregistré le : dim. 27 déc. 2009 18:07

Messagepar Kristophéus » lun. 28 nov. 2011 17:43

Un grand merci pour cet article qui me parle énormément, étant moi même un poil "maniaque" sur le nettoyage de mes instruments de musiques… (Pas seulement les guitares !! ;) )

Avatar de l’utilisateur
flow54
Messages : 480
Enregistré le : lun. 12 janv. 2009 00:57
Localisation : Paris
Contact :

Messagepar flow54 » lun. 28 nov. 2011 19:17

merci beaucoup pour cet article michel !

C'est très instructif et je comprends mieux comment a été réalisé ma magnifique Imperator.

J'ai une question plus particulière concernant la corrosion de l'accastillage, car j'ai mon pont finition antique gold qui s'est déteint à cause de la transpiration j'imagine. Que dois je faire pour l'entretient de l'accastillage ? même si c'est un peu tard.

En tout cas je vais la nettoyer bien plus souvent après avoir lu cet article :)

merci d'avance :)
flow54

[color="Red"]imperator 3000 rusty red gauchère[/color]
roxanne vintage gauchère de 2001
Tramontane TL300D
préamp Lag Spitfire TL1
[color="RoyalBlue"]groupe FB lâg: [/color] https://www.facebook.com/groups/45072399330/

Avatar de l’utilisateur
activator
Modérateur
Modérateur
Messages : 4580
Enregistré le : lun. 5 févr. 2007 19:48
Localisation : Normandie

Messagepar activator » mar. 29 nov. 2011 01:11

Génial ! Vraiment très intéressant. :cool:

Michel Lâg-Chavarria a écrit : Vous pouvez vous référer à plusieurs reportages sur nos ateliers qui sont présents sur La Boite Noire du Musicien afin de « visualiser » mes explications si besoin.


Et encore mieux si vous avez l'occasion. C'est de passé à Bédarieux voir,Michel, Célina, David, Michèle, Kévin, Etienne, Francky, Pablo, Sébastien, Jean Marc et j'en oublie. C'est une sacré équipe inoubliable.

flow54 a écrit :Que dois je faire pour l'entretient de l'accastillage ? même si c'est un peu tard.


Un coup de chiffon tout simplement. Mais l'usure fait partie de la vie de la guitare. ;)
Roxanne's power
JFGTRX
Big Imperator
Dreadnought Spain
Parlor summer

It's only Rox n' roll ... ;)

Avatar de l’utilisateur
micky
Messages : 506
Enregistré le : mar. 21 août 2007 12:26
Localisation : Nantes

Messagepar micky » mar. 29 nov. 2011 16:59

Michel Lâg-Chavarria a écrit :Sur les guitares acoustiques, la finesse du vernis, indispensable si l’on veut une guitare qui respire et qui va évoluer positivement avec le temps, va laisser apparaître en surface au bout de quelques semaines la marque en creux des pores du bois (Acajou, Palissandre…) ou les veines en ligne de l’Épicéa ou du Red Cedar. Ceci est normal et même souhaitable, ça veut tout simplement dire que votre guitare vit sa vie, que l’ensemble des éléments rentre en symbiose, que de longues et fines stabilisations s’opèrent et que votre guitare va évoluer avec vous pour ne nombreuses années…


Michel, pourquoi on ne fait pas pareil pour les guitares électriques?

QUID des gens qui prônent l'utilisation de vernis nitrocellulosiques pour laisser le bois des guitares électriques "respirer"?

Quel est la spécificité du vernis utilisé pour le manche de la JET 1000? On est à des années lumière d'un vernis lambda, ca glisse tout seul et il a l'air super fin, mais super résistant :)
Rock n Roll :cool:

Avatar de l’utilisateur
Michel Lâg
Messages : 401
Enregistré le : mer. 13 juil. 2011 09:42

Messagepar Michel Lâg » mar. 29 nov. 2011 18:02

micky a écrit :Michel, pourquoi on ne fait pas pareil pour les guitares électriques?

QUID des gens qui prônent l'utilisation de vernis nitrocellulosiques pour laisser le bois des guitares électriques "respirer"?

Quel est la spécificité du vernis utilisé pour le manche de la JET 1000? On est à des années lumière d'un vernis lambda, ca glisse tout seul et il a l'air super fin, mais super résistant :)


Bonnes questions...! :)

Les vernis nitro-cellulosiques ont plusieurs inconvénients qui sont rarement décrits par ceux qui les aiment car ils ne se posent pas la question en ces termes, mais ils sont plus toxiques pour l'organisme que les polyuréthanes (chez LÂG nous avons le même formidable vernisseur depuis de nombreuses années et on se préoccupe de sa santé...) Les cellulosiques ont beaucoup moins "d'extraits secs" et donc "plus de solvants" que les polyuréthanes, et ce sont les solvants que l'on respire et qui sont dangereux... Ensuite, ils sont extrêmement fragiles, au contact, au frottement, à l'usure, aux UV et à la craquelure. Les cellulosiques conviennent par contre parfaitement pour des guitares "vintage" où l'on veut conserver l'esprit "original" des modèles d'antan... Leur avantage, car je les aime beaucoup, c'est la chaleur visuelle qui s'en dégage, le côté naturel des vernis au tampon et leur douceur...
Quant à l'incidence sur le son des vernis d'une guitare électrique par rapport à une acoustique, oui cela joue bien sûr, tout compte et tout est important, mais tout est également très "relatif". Il suffit de calculer le rapport d'épaisseur d'un vernis par rapport à l'épaisseur du bois. Sur une Jet par exemple dont le corps fait 45mm, l'incidence des 0,5mm ou 0,3mm ne va pas être capitale surtout sur un instrument neuf qui a besoin de "se faire" par le jeu et les vibrations... Par contre sur une table acoustique qui fait de 2,0mm à 2,6mm par exemple, il est évident que le rapport et l'incidence sont énormes...! Concernant le manche qui "glisse tout seul et a l'air super fin, mais super résistant" il s'agit justement d'un vernis polyuréthane satiné à la sauce "LÂG French Satin", passé en très peu de couches régulières, avec ponçage intermédiaire et donc très très fin au final. Et c'est à peu près pareil sur toutes nos applications...
A suivre...
:D
Michel Lâg

Avatar de l’utilisateur
micky
Messages : 506
Enregistré le : mar. 21 août 2007 12:26
Localisation : Nantes

Messagepar micky » mar. 29 nov. 2011 20:46

Perso j'ai assemblé une guitare vieillie avec verni nitro, j'aime beaucoup l'aspect craquelé & Co.
Image

Mais bon ça ne colle pas avec l'image LAG j'en conviens. Pourquoi pas une guitare avec un vernis 100% "LÂG French Satin". J’adorerais que ma Roxanne Vintage soit comme ça :) (déjà je préfère quand ça brille pas et que c'est patiné)
Rock n Roll :cool:

Avatar de l’utilisateur
sylthomusic
Messages : 17
Enregistré le : ven. 7 oct. 2011 22:16
Localisation : Nantes

Peinture sur guitare, fragilité des satinés

Messagepar sylthomusic » mer. 30 nov. 2011 09:58

Merci pour toutes ces explications et processus. J'aime bcp vos guitares noires mais pense que la peinture altère le son de l'instrument ? Les guitares satinées ont-elles un entretien particulier par rapport à celles dotées d'un vernis, cet aspect si naturel est-il plus fragile que celles qui sont vernis ?. J'ai essayé les Tramontane 200, 300 et 400, c'est un plaisir et donne envie d'apprendre encore et toujours car je ne suis qu'amatrice juste pour me faire plaisir, bravo pour ces réalisations toujours en boutique mais pour combien de temps ???!!!! musicalement à vous et à vos équipes

sebastien

Messagepar sebastien » mer. 30 nov. 2011 10:57

sylthomusic a écrit :Merci pour toutes ces explications et processus. J'aime bcp vos guitares noires mais pense que la peinture altère le son de l'instrument ?

forcément non, la couche est tellement fine que ca ne peut pas altérer le son.
qui commercialiserait une guitare dont on saurait que le son est altéré ?
Pas de souci, tu peux y aller les yeux fermés ;)

sylthomusic a écrit : Les guitares satinées ont-elles un entretien particulier par rapport à celles dotées d'un vernis, cet aspect si naturel est-il plus fragile que celles qui sont vernis ?.

michel à donné sa réponse plus haut, juste un léger chiffon à peine humidifié, rien de plus, pas de produits


sylthomusic a écrit : J'ai essayé les Tramontane 200, 300 et 400, c'est un plaisir et donne envie d'apprendre encore et toujours car je ne suis qu'amatrice juste pour me faire plaisir, bravo pour ces réalisations toujours en boutique mais pour combien de temps ???!!!! musicalement à vous et à vos équipes


pourquoi cette question ? il n'est pas fait mention nulle part d'un arret de ces guitares ,donc tu peux dormir tranquille ;)

Avatar de l’utilisateur
Michel Lâg
Messages : 401
Enregistré le : mer. 13 juil. 2011 09:42

Messagepar Michel Lâg » mer. 30 nov. 2011 11:01

sylthomusic a écrit :Merci pour toutes ces explications et processus. J'aime bcp vos guitares noires mais pense que la peinture altère le son de l'instrument ? Les guitares satinées ont-elles un entretien particulier par rapport à celles dotées d'un vernis, cet aspect si naturel est-il plus fragile que celles qui sont vernis ?. J'ai essayé les Tramontane 200, 300 et 400, c'est un plaisir et donne envie d'apprendre encore et toujours car je ne suis qu'amatrice juste pour me faire plaisir, bravo pour ces réalisations toujours en boutique mais pour combien de temps ???!!!! musicalement à vous et à vos équipes


Bonjour et merci pour vos compliments... :D
Concernant "la peinture", par exemple une laque Noire, je vous rassure ça ne change RIEN au son dans le processus de vernis LÂG car la couche de noir, qui est insérée (comme je le dis dans mon article) entre le fond dur et le vernis de finition, est TRES fine, donc il n'y a pas de différence avec un "Old Port" translucide ou un "Burst", l'épaisseur intermédiaire est la même.
Quant aux vernis satinés, ils ne sont pas plus fragiles que les brillants car ils ont la même composition chimique et en gros la même épaisseur, mais il est évident qu'un vernis satiné, à l'usure, va montrer plus facilement les "micros rayures" ou le "polissage" dus à l'utilisation et au frottement qu'un vernis brillant. Les vernis satinés "Naturels" des séries Tramontane T200 et T300 par exemple sont très faciles à entretenir avec un chiffon humide lorsqu'ils se salissent, le moins facile à entretenir étant le noir car il "reflète" les défauts, rayures, salissures etc, mais donc j'insiste, aucune altération sur le son, du moins chez LÂG...!
Merci encore et au plaisir...!!
:D
Michel Lâg

pascalSO47
Messages : 41
Enregistré le : lun. 17 oct. 2011 10:22

Messagepar pascalSO47 » mer. 30 nov. 2011 11:29

Un chiffon micro-fibre me donne toute satisfaction. Pour toutes les parties vernissées, qu'elles soient satinées ou brillantes.
Un petit essuyage, juste après l'utilisation lorsque les traces de manipulation sont encore fraiches.
Tramontane TN300A14SCE, Ukulélé U77c, Imperator I66 black

Avatar de l’utilisateur
sylthomusic
Messages : 17
Enregistré le : ven. 7 oct. 2011 22:16
Localisation : Nantes

Messagepar sylthomusic » mer. 30 nov. 2011 11:59

Michel Lâg-Chavarria a écrit :Bonjour et merci pour vos compliments... :D
Concernant "la peinture", par exemple une laque Noire, je vous rassure ça ne change RIEN au son dans le processus de vernis LÂG car la couche de noir, qui est insérée (comme je le dis dans mon article) entre le fond dur et le vernis de finition, est TRES fine, donc il n'y a pas de différence avec un "Old Port" translucide ou un "Burst", l'épaisseur intermédiaire est la même.
Quant aux vernis satinés, ils ne sont pas plus fragiles que les brillants car ils ont la même composition chimique et en gros la même épaisseur, mais il est évident qu'un vernis satiné, à l'usure, va montrer plus facilement les "micros rayures" ou le "polissage" dus à l'utilisation et au frottement qu'un vernis brillant. Les vernis satinés "Naturels" des séries Tramontane T200 et T300 par exemple sont très faciles à entretenir avec un chiffon humide lorsqu'ils se salissent, le moins facile à entretenir étant le noir car il "reflète" les défauts, rayures, salissures etc, mais donc j'insiste, aucune altération sur le son, du moins chez LÂG...!
Merci encore et au plaisir...!!
:D
Michel Lâg

bravo pour ces réalisations toujours en boutique mais pour combien de temps ?

Sébastien votre interprétation ne correspond pas à celle que j'ai mentionné, : je désire tout simplement acquérir l'un des 3 modèles essayés en boutique, mon propos n'était pas de remettre en question la pérennité des Tramontanes. Tant qu'à la question de la peinture, cette question est purement technique, M. Chavarria y a répondu. Il est légitime, de se poser des questions. Je préfère m'adresser "au bon dieu qu'à ses saints" ! Musicalement

Avatar de l’utilisateur
Norton10100
Modérateur
Modérateur
Messages : 2644
Enregistré le : mar. 29 mai 2007 13:43
Localisation : Sainte Savine
Contact :

Messagepar Norton10100 » mer. 30 nov. 2011 12:14

Moi j'aime bien les se***.... heu je m'égard :rolleyes:

sebastien

Messagepar sebastien » mer. 30 nov. 2011 12:54

Norton10100 a écrit :Moi j'aime bien les se***.... heu je m'égard :rolleyes:


en plus faut reconnaitre que notre saint père est gaté, il en a deux belles paires lol

Avatar de l’utilisateur
Guams
Messages : 211
Enregistré le : mer. 6 avr. 2011 17:58

Messagepar Guams » jeu. 1 déc. 2011 16:31

Merci pour ses explications, Michel.
Elles sont rassurantes, car visiblement c'est la même galère qu'on soit pro ou amateur pour réussir ses foutus vernis... même si le résultat est forcement plus propre et pérenne quand c'est fait par un pro ;)

J'ai toujours était persuadé que Fondur et bouche pore désignait le même produit... du coup, je ne sais pas à quoi ressemble le bouche pore

N'utilisez vous jamais de teinte noire, avant d'appliquer quoi que ce soit sur le bois, dans le but de faire ressortir le veinage de certains bois?

Avatar de l’utilisateur
Michel Lâg
Messages : 401
Enregistré le : mer. 13 juil. 2011 09:42

Messagepar Michel Lâg » jeu. 1 déc. 2011 17:23

Guams a écrit :Merci pour ses explications, Michel.
Elles sont rassurantes, car visiblement c'est la même galère qu'on soit pro ou amateur pour réussir ses foutus vernis... même si le résultat est forcement plus propre et pérenne quand c'est fait par un pro ;)

J'ai toujours était persuadé que Fondur et bouche pore désignait le même produit... du coup, je ne sais pas à quoi ressemble le bouche pore

N'utilisez vous jamais de teinte noire, avant d'appliquer quoi que ce soit sur le bois, dans le but de faire ressortir le veinage de certains bois?


Et bien si, tout à fait, car quand je dis dans l'article "Par contre, lorsqu’il s’agit d’un corps de guitare avec une table en Flamed ou Quilt Maple, une 1ère « mise en teinte » du bois est réalisée tout au début du process, au chiffon, avant le bouche pore et l’isolant, et est patinée à la main afin de mieux faire ressortir les veines naturelles de ces bois d’exception.", c'est souvent avec de la teinte noire ou avec une teinte très foncée complémentaire de la couleur finale...
Merci...! :D
Michel Lâg
:cool:


Retourner vers « Les sujets incontournables »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités